Navigation


 Catalogue


 Retour au forum

Rasbora Fansub   

Canola

Kyu-chan | Publié sam 29 Sep 2018 - 18:40 | 823 Vues

Titre Original : Gyechoonhalmang  
Pays : Corée Du Sud
Date de sortie : 19 mai 2016
Réalisateur : Chang
Acteurs : Youn Yuh-jung, Kim Go-eun, Kim Hee-won
Genres : Drame
Durée : 117 minutes

Synopsis

La jeune adolescente, Hye-Ji, est une personne tourmentée, à l'esprit craintif. Aprés 12 ans de séparation, elle retrouve sa grand-mère, Gye-choon, qui est plongeuse sur l'ile de Jeju. Mais elle porte en elle un lourd secret.

Informations supplémentaires

Une communauté de femmes de l’île de Jeju, parfois octogénaires, gagne sa vie en plongeant dans la mer jusqu’à 10 m, sans masques à oxygène, pour pêcher des fruits de mer tels que des ormeaux ou des oursins, les Haenyo, ce qui veut dire les « femmes de la mer ».

Jusqu’au XIXe siècle, plonger était principalement une activité d’homme. Ce travail commença à ne plus être profitable lorsque les hommes durent payer de lourdes taxes pour cela, alors que ce n’était pas le cas des femmes. Les femmes se chargèrent de la plongée (qui était considérée comme la plus basse des tâches) et, en raison de la grande dépendance du Jeju pour les produits de la mer, devinrent la principale source de revenu des familles. Ainsi, elles devinrent du coup les « chefs » de leur famille. Sur l’île de Mara, où les produits de la mer constituaient presque la seule source de revenu avant l’apparition du tourisme, le rôle des sexes fut complètement inversé. Souvent les hommes s’occupaient des enfants et des courses pendant que les femmes rapportaient de l’argent au foyer.


Les Haenyo sont des plongeuses expérimentées, connues pour être capables de retenir leur souffle pendant plus de deux minutes et de plonger à des profondeurs environnant les vingt mètres. Elles doivent également tenir compte des dangers que représentent les requins et les méduses. Les plongeuses sont divisées en trois groupes suivant leur niveau d’expérience : hagun, junggun et sanggun, les sanggun conseillant les autres. Avant une plongée, les plongeuses prient la déesse de la mer, Jamsugut, de leur assurer la sécurité et une pêche abondante. Les connaissances se transmettent aux jeunes générations au sein des familles, à l’école, dans les coopératives de pêche locales titulaires des droits de pêche, les associations de haenyeo, l’école des haenyeo et le Musée des haenyeo.

À partir de la fin des années 1970, l’exportation vers le Japon de produits de la mer tels que les haliotis et les conques rendit les femmes de la mer plus riches que jamais, et leur permit de réparer leur maison, d’en construire de nouvelles dans la ville de Jeju et d’envoyer leur filles à l’école. Pourtant ceci contribue à la disparition de cette activité, car leur filles préfèrent travailler dans l’industrie du tourisme de l’île ou dans les grandes villes. Alors qu’en 1950, il y avait environ 30 000 haenyo sur l’île, en 2003 elles sont seulement 5 650 femmes de la mer, dont 85 % ont plus de cinquante ans

À propos de l'auteur