Navigation


 Catalogue


 Retour au forum

Rasbora Fansub   

The Last Princess

Kyu-chan | Publié sam 27 Oct 2018 - 14:23 | 802 Vues

Titre Original : Deokhyeongju
Pays : Corée Du Sud
Date de sortie : 9 septembre 2016
Réalisateur : Jin-ho Hur
Acteurs : Ye-jin Son, Hae-il Park, Mi-ran Ra
Genres : Drame, Biographie
Durée : 127 minutes

Synopsis

Le film se base sur l'histoire de la dernière Princesse de Corée, Deok hye, qui, durant la colonisation de la Corée par les japonais, est emmenée en otage au japon, ou elle tente de soutenir les travailleurs coréens déportés. Jan han, un journaliste coréen, engagé dans la lutte pour l'indépendance, lui promet de la ramener, coûte que coûte en Corée...

Informations supplémentaires
L'histoire de Deok-hye LEE, la dernière princesse de la dynastie Jo-seon est poignante car elle a vécu une vie qu'elle n’a pas voulue.

Deok-hye est née le 25 mai 1912. A cette époque, la Corée est sous domination japonaise. Deok-hye est la fille illégitime de l'empereur Go Jong et de Gui-in Yang, une dame d'honneur de la cour. On lui a attribué le titre de Ong-ju, et non celui de Gong-ju réservé à la fille de la reine, parce que sa mère était la concubine.



L'empereur Go Jong eu trois fils et quatre filles mais trois d’entre elles moururent. L'empereur Go Jong chérissait son unique fille. Au départ Deok-hye n'a pas été reconnue par la famille royale parce qu'elle était la fille d’une concubine mais elle fut finalement reconnue officiellement en 1917. L'empereur Go Jong a tenté de fiancer sa fille avec Hwang-jin Kim qui était le neveu de l’écuyer impérial parce qu’il ne voulait pas qu'elle soit mariée avec un japonais mais son projet échoua car il mourut en janvier 1920. Deok-hye fut envoyée de force au Japon pour son éducation. Elle fut donc inscrite à l’école de filles d’Aoyama au Japon en avril 1925. L'année suivante, elle dut rentrer en Corée avec son frère parce que le nouveau roi Sun Jong était moribond. A la mort du roi Sun Jong, les autorités japonaises refusèrent qu’elle se rende à l’enterrement et la renvoya au Japon. Sa mère mourut d’un cancer du sein mais elle ne put pas non plus aller à l'enterrement.

A la suite de ces événements, la princesse commença à dépérir de plus en plus. Elle a été mariée à un Japonais appelé So Takeyuki qui a étudié la littérature anglaise à l’université de Tokyo. En mai 1931, le mariage a été célébré selon les rites japonais. En août 1932, elle donna naissance à une fille, So Masa-e (son nom coréen est Jeong-hye). A cause de la mort de sa mère et de son accouchement, elle fut prise de schizophrénie et de somnambulisme et ses crises s’aggravèrent continuellement. Sa fille fut alors prise en charge par son père et Deok-hye entra à l’hôpital psychiatrique. Son mari demanda le divorce parce que son hospitalisation devenait trop longue et ils se séparèrent en 1955. En 1956, sa fille laissa un dernier message disant qu’elle allait se suicider, puis elle disparut. Jusqu’à aujourd’hui, personne ne sait si elle est morte ou vivante.



Kim eul-han qui était correspondant du Seoul-ilbo à Tokyo a poussé Deok-hye  à rentrer dans son pays, ce qu’elle fit, avec son aide, le 26 janvier 1962. Après son retour, elle entra à l’hôpital de l’université nationale de Séoul. Le 8 février de la même année, elle récupéra sa nationalité coréenne et son nom coréen officiel Deok-hye LEE. A sa sortie de l’hôpital, elle s’installa au palais de Changdeokgung (un palais situé à Séoul en Corée du Sud) où elle vécut jusqu'à sa mort le 21 avril 1989.

L’histoire de Deok-hye ne fut connue du public qu’après sa mort, notamment grâce à des artistes qui ont essayé de lui rendre hommage.  Ainsi, en mai 1995 fut créée une première pièce de théâtre "La princesse Deok-hye" et puis en 2009, l’écrivain Kwon Bi-young a publié le roman "Deok-hye’" qui remporta un très grand succès en Corée et qui a été porté à l’écran en 2016. Les gens ne sont pas prêts de l’oublier.

À propos de l'auteur